Les lettres arabes en six leçons – 6 et avant dernière !

Eh oui, avant-dernière leçon car je vous en rajoute une imprévue sur les voyelles, à venir, mais rassurez-vous c’est très simple.

Aujourd’hui, nous nous attaquons à la dernière série de lettres, qui vont enfin nous permettre de lire tous les mots arabes, même si nous ne savons pas encore trop comment les prononcer !

Je dois avouer que, maintenant que je suis capable de lire, je fais comme les petits enfants, je déchiffre tout ce que je peux dans la rue, et ça marche ! ça me fait tout drôle, cette impression de retomber en enfance (j’avais appris à lire avant même d’aller à l’école), et j’ai aussi l’impression que le monde s’ouvre. Pouvoir déchiffrer les noms des rues, par exemple, ou les panneaux indicateurs, c’est génial. Même si au Maroc ce n’est pas toujours très utile, car la grande majorité sont écrits aussi en caractères latins.

Quatre lettres arabes
Les lettres de la leçon six, plutôt difficiles à prononcer

Bon, on y va ! Les lettres d’aujourd’hui sont plutôt difficiles à prononcer et je vous conseille de bien écouter la vidéo et les petits fichiers sons inclus, et de vous exercer, souvent. Au début nous avons tous l’air ridicule, ce sont des sons qui n’existent pas en français, mais en faisant des efforts on y arrive presque.

Les deux premières lettres sont emphatiques. On les prononce donc du fond de la gorge, avec un fort accent.

Le ط : tâ

Graphie de la lettre Tâ
Comment tracer le ط Tâ

Il a la même forme ovoïde que le Sad ص, mais avec une barre au dessus. Deux choses importantes : la barre doit être posée sur la courbe de la lettre, pas sur la ligne, et elle est dessinée du bas vers le haut. Regardez bien comment fait Maha dans la vidéo. C’est plus facile, effectivement, pour éviter de « baver » et de rentrer dans la partie arrondie de la lettre. Et aussi, si vous voulez un jour faire de la calligraphie arabe, c’est le bon geste pour pouvoir faire le joli arrêt en forme presque carrées.

A part ça, c’est une lettre très facile, elle ne change pas de forme, toujours pareille qu’elle soit isolée, au début ou à la fin d’un mot. Et au milieu, la seule chose qui change, bien sûr, c’est la ligature avec la lettre précédente.

Le ظ : zâ

Celui-ci est la lettre imprononçable, on dit que l’arabe est la langue du ظ , car ce son n’existe que dans cette langue. Alors pour l’instant, on apprend à l’écrire (c’est un ط  avec un point au dessus) et on s’exerce, mais on va mettre très longtemps à y arriver ! Le point se met sur la gauche de la barre verticale.

Les deux dernières lettres aussi se prononcent du fond de la gorge, et sont vraiment caractéristiques de l’arabe

Le ع : Ayn

Le Ayn est un ‘A’ grasseyé du fond de la gorge, tirant vaguement vers le « e ». Il est très utilisé en arabe, où seuls les a courts sont ouverts comme en français (on va voir ça dans la leçon sur les voyelles). Isolé, il a la forme d’un 3 inversé, dont la boucle du haut serait beaucoup plus petite. Et c’est la lettre qui commence le mot « arabe ».

Lui, il change de forme quand il est dans un mot, et il y a même une version pour chacune des positions. En effet, on ne voit son 3 renversé qu’en position isolée.

 

Les quatres graphies du Ayn
Comment tracer le Ayn (ع)

En position initiale dans un mot, il ne reste que la petite boucle du Ayn. Au lieu de redescendre pour former la grande boucle, on part sur la droite pour faire la ligature avec la lettre suivante.

Au milieu, la lettre ressemble à un triangle inversé. C’est mieux d’arrondir ce triangle, vers l’intérieur pour le côté droit, et vers l’extérieur pour le côté gauche, comme c’est exagéré dans cette calligraphie du Ghayn Hassan Massoudy (source ici) :

Lettre Ayn initiale
Ghayn calligraphié par Hassan Massoudy

Ou, plus courant, dans ces lignes d’écriture (source Wikimedia Commons) :

Trois lignes d'écriture
Lignes d’écritures pour Ayn et Ghayn

En version finale, la grosse courbe du 3 fait sa réapparition, pour bien marquer la fin du mot.

Dans certains cas, comme par exemple quand il est voisin du ا , le ع  se pose « sur » la lettre. Il se transforme alors en la Hamza أ . De la même façon, le ع est souvent muet : dans ce cas aussi on parle de « Hamza », et on marque simplement un petit coup de glotte.

No panic… on reviendra là dessus plus tard.

Le غ : Ghayn

Taddaaaaaaaaaaa    طدا (non ce n’est pas un vrai mot arabe) voilà votre dernière lettre de l’alphabet, le Ghayn. Il s’écrit exactement de la même façon que le Ayn, mais avec un point au dessus. Le son est un peu celui d’un G qui se transformerait en R pas roulé, à la française.

Des mots

العربية: la (langue) arabe

C’est le mot avec l’article ال au commencement, qui est attaché au ع : une bonne façon de voir la liaison. (Oui, l'article s'attache au mot en arabe).

عين : l’oeil

L’oeil ,    a le même nom que la lettre. C’est un mot très important en arabe, pensez au mauvais oeil, dont on se protège avec la خمسة , la « Khamsa », ou « Main de Fatima ». (Le nom vient du chiffre cinq, pour les cinq doigts de la main).

غرب : l’ouest

 Les autres points cardinaux :

  • L’est : شرق (cherk)
  • Le nord : شمال (chamal)
  • Le sud : جنوب (djanoub)

Eh oui, le Maghreb, « Al Maghrib » , المغربc’est l’ouest, la région du monde ou le soleil se couche. Et le nom d’une des cinq prières.

Allez un petit truc, pour apprendre facilement son vocabulaire. Quand on rajoute  devant un mot, cela veut généralement dire « la place où ».

مكتب : le bureau

En application,  le bureau c’est la place où l’on écrit. Et le verbe écrire, c’est كتب   (en relation avec كتابle Livre, et كاتتب , l’écrivain (katib) ).

طالب : l’étudiant

Talib,ou طالبة l’étudiante, , avec son ة (ta marbouta) qui marque le féminin.

طبيب : le docteur

Tabib, qui a donné « Toubib », directement en français. Vous commencez à voir une série, avec tous ces noms de personnes qui font une action, et qui se terminent en « ib » ?

ظلم : la douleur

On est en pleine difficulté de prononciation, et c’est douloureux. Thalam, la douleur, donc. (Je sais, mon moyen mnémotechnique est nul)

ظلم : l’injustice

Là encore, pour se décrocher la langue et la gorge. Et la justice, plus facile, pour se remonter le moral :عدالة (adal)

غزال: élégant, beau

on revient à plus facile, avec غزال, qui a donné en français le nom de la gazelle. C’est d’ailleurs aussi son nom en arabe, tellement les gens trouvent cet animal élégant. Et le surnom qu’on lance aux filles, quand on les drague, ici au Maroc. Amusant que les gens utilisent un mot français qui vient de l’arabe, non.

2 réflexions sur “ Les lettres arabes en six leçons – 6 et avant dernière ! ”

  • 24 avril 2016 à 10 10 36 04364
    Permalink

    Bonjour,

    D’abord, merci pour ce beau site, qui complète efficacement les méthodes dont je dispose.
    Sur cette lettre, la méthode que j’utilise actuellement (assimil) fait descendre la barre, alors qu’ici, elle monte.
    Je sais que cela peut paraître un détail, pourtant c’est important pour moi, car je pense que l’ordre ainsi que les directions des traits ne sont pas qu’une affaire de goût (il en va de même avec le chinois).

    Pourriez-vous svp me dire qu’elle est la graphie traditionnelle ?

    Bonne journée !

    Réponse
    • 24 janvier 2017 à 0 12 11 01111
      Permalink

      Bonjour Djelmun,
      je suppose que vous faites référence au tâ 🙂 . Le sens des traits donné ici est issu de manuels d’écriture arabes, et il y a deux façons de l’écrire. Celle qui est sur cette page correspond à la calligraphie, c’est le seul moyen de faire un joli arrêt en haut de la ligne avec le calame (article à venir). Par contre, dans l’écriture courante, celle qu’on fait au bic, on a souvent un mouvement qui descend. Merci de la remarque, il faut que je mette l’article à jour !

      Réponse
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>