Les lettres arabes en six leçons – 5 – Les « K » et le Lam Alif

Aujourd’hui, encore une leçon assez courte, avec seulement quatre lettres des lettres qui sont énormément utilisées. La façon d’écrire est très facile, en revanche pour la prononciation, on va un peut triturer la gorge, avec le K guttural… Notre tableau se verdit de plus en plus, c’est normal, nous sommes à l’avant dernière leçon.

Quatre lettres arabes
Les lettres de la leçon 5 : enfin, le Lâm

L’une de ces lettres, le Lâm, est utile pour beaucoup de mots, on va donc avoir une jolie section « vocabulaire et écriture ».

Le ف : le son F

Une lettre toute simple, qui se prononce comme en français. C’est, comme le  , une boucle, mais elle est aussi dessus de la ligne, et avec une ligature, la ligne vers la gauche, très allongée. L’erreur à ne pas faire ? Poser le petit rond sur la ligne, comme un e inversé. Quasiment rien ne la distingue de و  à ce moment là. Il suffit de la poser un peu au dessus pour que sa forme soit identifiable.

Fâ en position initiale et finale
Comment tracer le Fâ

Le ق : Qâf

Et hop, à nouveau une gutturale, une emphatique, c’est une des trois lettres que j’ai le plus de mal à prononcer, un K qu’il faut faire exploser du fond de la gorge. Et pour mon malheur… il est très utilisé en arabe !

Le ك : Kaf

C’est le K « français », normal. Il a une forme un peu compliquée, en finale et tout seul, qui s’écrit « à la main » comme elle s’imprime, et une très jolie forme de S anguleux quand il est lié à une autre lettre.

Les graphies de Kâf
Ecrire Kaf en initiale et en finale

Le ل : Lâm

C’est notre L. Un bâton qui se termine en boucle, pour le différencier du. L’autre différence importante : quand il est dans un mot, il s’attache à la lettre qui le suit (donc vers la gauche), ce qui n’est pas le cas du , qui fait partie des lettres orphelines.

Le Lam en position isolée ou finale, et iinitale
Les deux graphies de Lâm, avec et sans ligature

Une autre particularité du Lâm : justement, avec le أ . Dans le sens ا puis ل , c’est facile. C’est ainsi qu’on écrit l’article, أل , cela fait deux bâtons séparés et bien identifiables, le ل  avec sa courbe vers le bas, et le أ avec son petit signe au dessus, la hamza, qu’on verra bientôt.

Mais dans l’autre sens, cela fait comme un U très étroit et très allongé vers le haut, et ce n’est pas joli, et puis cela pourrait être confondu avec d’autres lettres, comme le ou le  quand ils sont déformés pour la calligraphie.

Les différentes versions de Lam Alif
Lâm-Alig, en position isolée, mediane et finale

Alors on a une forme très spéciale, qu’on appelle le Lâm-Alif : les deux lettres se croisent en formant un petit triangle لأ . Et tout comme le أ , le Lâm-Alif ne se joint pas à la lettre qui le suit !

Les deux « premiers » (sur la droite, n’oubliez jamais que l’arabe s’écrit de droite à gauche) sont deux versions de la graphie seule ou en position initiale. La troisième (sur la gauche) est liée à la lettre précédente. On peut aussi lier le Lam Alif écrit avec un triangle. Donc à vous de choisir ce qui vous est le plus facile !

Des mots, des mots, des mots…

سلام

La paix.    Un mot qu’on entend 10 fois par jour, au moins, dans l’expression السلام عليكم, littéralement « la paix à vous » [Salam Aleykoum], et qu’on utilise pour se saluer. Et vous voyez le joli Lâm Alif.  

Un prénom féminin : ليلة

ليلة , qu’on transcrit Leyla ou Leïla, veut dire la nuit.

Encore un prénom, de fille, très courant : فاطمة

Fatima, vous l’avez déjà entendu… maintenant vous savez comment l’écrire !  … et le prononcer

La lune قمر

Dans la précédente leçon, on avait appris , le soleil. Voici sa copine, la lune (et oui, il y a aussi des lettres lunaires, rendez vous dans trois ou quatre leçons). 

قف, stop, danger !

Stop
Un panneau stop

C’est le mot qu’on voit sur les panneaux d’arrêt… Qaf et Fa à la fois, pour bien s’en souvenir.

 Une série de préposition ?

Allez, un peu de courage, un premier contact avec des mots qu’on va voir et revoir

في : dans

تحت : sous

فوق : au dessus

قنل : avant

من : de (au sens originaire de, en provenance de)

Et pour finir, on continuer la famille avec :

le frère أخ et la soeur أخت

(De la même façon qu’on appelle souvent une femme plus jeune تبتي , on peut appeler quelqu’un de sa génération أخ ou أختي sans même le connaitre. Dans un café, vous entendrez souvent appeler أخ , ce n’est pas parce que le serveur est de la famille des clients, mais tout simplement la façon de l’appeler. C’est plus gentil, non ? )  et    .Bien sûr, pour dire « ma soeur » on rajoute le Ya :أختي

Pour finir, une devinette

Ceci est une marque célèbre… كوكا كولا saurez-vous l’identifier ? Sachant qu’en arabe, il n’y a pas de « o » et on utilise و pour le transcrire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>